L’utilité d’un courtier en prévoyance

Les courtiers en prévoyance négocient le contrat de prévoyance d’entreprise à la place de cette dernière. Mais sont-ils vraiment indispensables ou peut-on se passer de ces intermédiaires ? Voyons ça...

Marmot
Marmot
Découvrez ce qu'Alan peut faire pour votre entreprise
marmot waving

Quel est le rôle d’un courtier en prévoyance ?

Définition du courtier

Le courtier en assurance santé est un intermédiaire entre l’entreprise et l’organisme de prévoyance.

Pour exercer, il doit présenter les garanties suivantes :

  • Il doit posséder une garantie financière (autrement dit une caution) auprès d’une banque ou d’une compagnie d’assurances ; 

  • Il doit remplir une condition d’honorabilité (casier judiciaire vierge) ;

  • Il doit avoir souscrit à une assurance responsabilité civile professionnelle ;

  • Il doit justifier d’une capacité professionnelle : une expérience professionnelle de 2 ou 4 ans minimum ou 150 heures de stage minimum ou un diplôme (bac + 3 minimum).

Le courtier est immatriculé auprès de l’ORIAS (registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance). Chaque année, tous les courtiers doivent s’enregistrer sur ce registre. L’ORIAS vérifie que les courtiers remplissent bien les conditions pour exercer.

Les missions du courtier

Le courtier a pour rôle principal de « mâcher le travail » aux entreprises qui recherchent une assurance prévoyance ou une mutuelle pour leurs salariés. Pour faire son travail, il commence par récolter le maximum d’informations sur l’entreprise. Il étudie le profil des salariés (âge, nombre de salariés, risques…) et leurs besoins en matière de prévoyance : 

  • Couverture du risque décès obligatoire si l’entreprise emploie des cadres ; 

  • Garantie invalidité en cas d’accident ;

  • Protection contre l’incapacité de travail ;

  • Autres garanties décès (rente d’éducation, rente du conjoint…) ;

  • Prestations d’assistance en cas de dépendance, etc. 

Il analyse les différentes offres présentes sur le marché et réalise des devis. Après ce travail de fourmi, il pourra délivrer à l’entreprise des propositions pertinentes venant de différents assureurs.

L’entreprise peut alors comparer les prix et les offres. Elle a toutes les cartes en main pour choisir la meilleure solution de prévoyance pour elle.

Elle bénéficiera également des conseils avisés du courtier pour mieux comprendre le contenu du contrat proposé et ses subtilités (exemple : les règles d’indemnisation en cas d’arrêt de travail, le montant des indemnités journalières ou du capital décès…). 

Quels sont les avantages du courtier en prévoyance ?

En résumé, voici les avantages du courtier pour l’entreprise :

  • Vous gagnez un temps précieux : le courtier vous évite de chercher pendant des heures la meilleure offre parmi les (très) nombreuses offres présentes sur le marché. Il peut réaliser les devis à votre place pour que vous puissiez vous consacrer à votre entreprise.

  • Vous bénéficiez d’un accompagnement : en tant qu’expert, le courtier a une obligation d’information et de conseil envers ses clients. Il est capable de répondre à toutes vos questions sur la prévoyance et peut vous indiquer les avantages et les inconvénients d’un contrat d’assurance.

  • Vous économisez de l’argent : le courtier a l’habitude de travailler avec certaines compagnies d’assurance. Dans cette situation, il peut obtenir un meilleur tarif que si vous aviez négocié directement.

Le courtier en assurances est-il indispensable ?

Malgré tous ces avantages objectifs, rien ne vous oblige à passer par un courtier en assurances.

L’indépendance des courtiers

À la différence d’un agent général des assurances, qui travaille pour le compte d’une compagnie d’assurances, le courtier est indépendant des assureurs. Mais son indépendance est relative.

Il négocie en amont des accords avec certains assureurs. Aussi, quand il vous propose des offres, il n’est pas totalement neutre dans ses choix. Les propositions que vous recevrez seront donc partiales. Certains assureurs qui seraient peut-être intéressants pour votre entreprise peuvent être laissés de côté parce que le courtier n’a pas d’accord avec eux.

💡 À savoir

Le courtier a l’obligation d’indiquer à ses clients l’entreprise qui a généré plus de 33 % de son chiffre d’affaires l’année précédente.

Le coût d’un courtier

Parlons maintenant du prix du courtier. Faire appel à un courtier, ce n’est évidemment pas gratuit. Comme tous les intermédiaires, il faut le payer une fois l’adhésion au contrat de prévoyance effectuée.

En principe, ce n’est pas le client qui paye le courtier. Il se rémunère en prenant une commission sur les contrats vendus. Cette commission représente le plus souvent un pourcentage de la cotisation à la prévoyance. Il est donc payé par l’assureur… Mais ce dernier prend en compte le coût de cet intermédiaire dans la cotisation qu’il vous fait payer. Finalement, c’est le client qui paye le courtier.

Autre élément important, certains courtiers peuvent également vous demander des honoraires. Ces frais doivent être clairement mentionnés avant que vous ne fassiez appel à ses services. Sachez que vous pouvez les négocier.

En clair, en évitant le courtier et en préférant une relation directe avec l’assureur, il est possible de faire des économies ! Et cela vaut aussi bien pour l’organisme de prévoyance que pour ses clients.

Et Alan dans tout ça ? 😇

Chez Alan, on a fait le choix de ne pas recourir à des intermédiaires pour distribuer nos contrats de prévoyance. Nous favorisons une relation directe et transparente avec notre client. De cette façon, on supprime les coûts « cachés » et on peut vous proposer des tarifs plus compétitifs.

En résumé, les courtiers ne sont pas un passage obligé en matière de prévoyance.

Article suivant

Pour aller plus loin

Partager l'article

Alan est fait pour vous !

Le moyen le plus simple de prendre soin de vos salariés tout en respectant vos obligations