Assurance santé

Nos solutions santé adaptées à vos besoins.

Startups & TPEPour les entreprises de moins de 5 salariés
Petites & moyennes entreprisesPour les entreprises de 5 à 100 salariés
Grandes entreprisesÀ partir de 100 salariés
Hôtels, Café, RestaurantsPour la branche HCR et restauration rapide
Travailleurs non salariés (TNS)Pour les indépendants
Santé mentale avec
alan mind
Bien-être mental en entrepriseL'offre Alan Mind
La santé mentale pour tousTéléchargez l’application Alan Mind
🚀 Alan as a Service

Mutuelles et captives d'assurance : offrez l'expérience Alan à vos adhérents. Découvrir

Témoignages

Découvrez comment Alan simplifie la vie des RH.

Découvrir tous les témoignages
Le pain quotidienPrévention et accompagnement individuel, pour fidéliser les salariés.
TajineBananeLa marque porte-parole de l'allaitement maternel.
VitallianceAutomatiser la partie administrative, et fidéliser nos salariés.
Découvrir tous les témoignages

Histoire de nos membres

Découvrez comment Alan facilite la vie de ses membres.

Parcourir toutes les histoires
Parcourir toutes les histoires
Votre santé avec Alan
Découvrez vos garantiespour anticiper vos remboursements
Commandez vos lunettesdepuis la boutique Alan
Echangez avec notre équipe santédepuis la Clinique Alan
Trouvez un médecinavec Alan Map
Notre centre d’aide
Retrouvez tous ces services dans votre poche !
Télécharger l'application

Notre sélection d'articles

Retrouvez nos articles les plus consultés.

Qu’est-ce qu’une mutuelle d’entreprise ?
La mutuelle est-elle obligatoire ?
Tous nos articles sur l’assurance santé
Baromètre bien-être mental - édition 1
Notre dernière étude 📚

Baromètre bien-être mental - édition 2

Quête de sens : pas de grande démission mais une grande discussion pour inventer le manager de demain

Lire le rapport d’étude
Nos livres
De l’assurance Maladie au partenaire bien-êtreLe livre optimiste sur le système de santé du futur
Healthy BusinessCulture d’entreprise, Bien-être & Excellence
Me connecter

« On ne recrute pas des talents pour leur dire quoi faire, mais pour ce qu’ils ont envie de faire »

Quelle est la place du sens au travail dans une grande entreprise ? Nous avons rencontré Mathilde le Coz, Directrice des Ressources Humaines chez Mazars, pour en parler

    Header Mathilde Le Coz Mazars

    D’origine française, Mazars est un des leaders internationaux de l'audit, de la fiscalité et du conseil. Parmi ses références, on trouve des entreprises de renom, plusieurs agences nationales et de nombreux ministères. Quelle est la place du sens au travail dans une entreprise de cette envergure, avec de tels enjeux ? Nous avons rencontré Mathilde le Coz, Directrice des Ressources Humaines chez Mazars, pour en parler.

    Alan : Est-ce que la quête de sens est un sujet que vous abordez avec les personnes que vous managez ?

    Mathilde le Coz, DRH Mazars France et présidente du Lab RH : Absolument. C’est même plus profond que cela : la quête de sens anime tout ce que je fais aujourd’hui. La manière dont j’aborde mon quotidien de DRH est née de ma propre quête de sens. J’avais du mal à trouver ce sens dans la manière dont la fonction RH fonctionnait lors de mes débuts. C’est ce qui m’a poussée à essayer chaque jour de transformer la fonction RH au sein de Mazars.

    Alan : Qu’est-ce qui a inspiré cette place centrale du sens au travail dans votre action RH ?

    M. C. : Il n’y a pas eu d’événement précis, mais plutôt une étape importante dans ma carrière. En 2013, on m'a confié la création de la fonction “Innovation RH”. Je ne savais pas ce que cela pouvait dire, si ce n’est que je devais y mettre du sens. Et parallèlement, plusieurs enquêtes auprès de nos collaborateurs cette année-là ont fait ressortir le besoin pour chacun de laisser une empreinte au sein de leur propre environnement professionnel, d’avoir un impact, facteur de sens à leurs yeux. L’enquête résumait ainsi le sens: « Pour moi, la quête de sens, c’est savoir à quoi on contribue. Quand je me lève le matin, je sais à quoi contribue mon travail, il a du sens à mes yeux et je peux en être fier ».

    C’est là que nous avons compris que les notions d’autonomie, de responsabilisation et d'intrapreneuriat étaient des leviers pour permettre à nos équipes de trouver du sens dans leur quotidien. Les enquêtes en interne nous le disaient : « Les salariés ont envie d’innover, mais ils ne s’y sentent pas encouragés par l’organisation, faute de cadre le permettant ». On a donc développé la culture d’innovation au maximum au sein de notre organisation.

    Citation

    La manière dont j’aborde mon quotidien de DRH est née de ma propre quête de sens.

    Alan : Pourriez-vous nous en dire davantage sur cette notion d’innovation ?

    M.C.: Chez nous, chacun peut être porteur de projet et à ce titre intrapreneur. Récemment, un collaborateur nous a confié : « J’aime Mazars, et j’aimerais contribuer à son développement en travaillant aux sujets de métavers et de web 3.0 ». En accord avec lui et son équipe, nous avons donc décidé de lui permettre de se focaliser sur ce projet, et de lui créer un poste dédié. Pour nous, ce type d’initiative contribue au sens que chacun peut trouver chez Mazars. Nous œuvrons à ce que chacun puisse trouver des réponses à ses aspirations dans son quotidien.

    A. : Pouvez-vous développer le concept d’intrapreneuriat en quelques mots ? Quelles sont les possibilités chez Mazars ?

    M.C. : L’intrapreneuriat fait partie de l’ADN de Mazars. Notre fondateur Robert Mazars disait: “On ne recrute pas des talents pour leur dire quoi faire, mais pour qu’ils nous disent ce qu’ils ont envie de faire”.Si nos talents veulent aller vers un projet dans lequel ils perçoivent de la valeur pour Mazars et que ça les fidélise, ça crée donc, au bout du chemin, de la valeur pour Mazars quelque soit le projet. Concrètement, nous avons mis en place BIM, la “Boîte à Idées Mazars”, une application mobile créée par des jeunes mazariens. Les idées y sont postées sans modération a priori et celles qui recueillent le plus de votes sont retenues pour une étude de faisabilité. J’ai confiance dans le collectif. Une fois sélectionnés, l’idée et ceux qui l’ont proposée intègrent des programmes d’incubation. Après, sur leur temps de travail, ils ont du temps alloué pour développer leur concept.

    Citation

    Notre fondateur Robert Mazars disait: “On ne recrute pas des talents pour leur dire quoi faire, mais pour qu’ils nous disent ce qu’ils ont envie de faire

    A. : En off, vous évoquiez la notion de “vivre de ses compétences”. Vous voulez bien nous en parler ?

    M.C. : C’est une notion très importante aujourd’hui pour le développement de son estime de soi. Chaque individu souhaite vivre de SON travail et de ses compétences, ce qui explique aussi le fort développement des freelances et des auto-entrepreneurs. On ne souhaite plus être exclusif à une organisation, le phénomène des slashers (avoir plusieurs jobs en même temps) est bien présent en France. Chez Mazars, nous soutenons le slashing (le cumul de différents emplois). Moi, par exemple, je suis salariée et auto-entrepreneuse. On l’autorise pour tous nos collaborateurs, du moment que ce n’est pas une activité concurrente. Dans nos contrats de travail, il y a maintenant une clause spécifiant la possibilité de faire un cumul d’emplois. Et on le voit : le fait de permettre l’exercice de plusieurs activités est synonyme de confiance et crée de l’engagement, et surtout du sens !

    A. : Et sur votre poste, quelles pistes suivez-vous pour contribuer à cette quête de sens ?

    M.C. : Je crois profondément qu’une partie de ma mission consiste à réenchanter le métier de RH, pour mieux œuvrer à améliorer le quotidien des équipes. Je vous donne un exemple. Historiquement, nous avions des assistants de recrutement dont le rôle était d’appeler les candidats et de gérer les agendas des recruteurs, en interne. Aujourd’hui, on s’est doté d’une solution qui est l’équivalent du Doctolib du recrutement, et toute la partie “planning” est automatisée. Nous avons ainsi pu repenser le rôle des assistants de recrutement, avec une dimension bien plus humaine et à plus forte valeur ajoutée, comme l’accueil et l’accompagnement des candidats. En nous dotant de nouveaux outils, nous avons donc transformé et valorisé leur rôle, et, in fine, ajouté du sens à leur quotidien. 

    Des exemples comme celui-ci, il y en a de nombreux sur l’ensemble de la chaîne RH, notamment en administration du personnel, ou en développement des talents. Nous avons passé au crible toutes les tâches qui étaient chronophages pour automatiser au maximum ce qui pouvait l’être. On travaille aujourd’hui avec 23 startups sur l’ensemble de la chaîne RH pour apporter plus de valeur à nos clients (collaborateurs) tout en améliorant le quotidien de nos équipes RH. L’idée reste la même : réenchanter la profession RH en recentrant chacun sur des tâches à haute valeur ajoutée et humaine, le fameux H de RH.

    Qonto Cover

    A. : Alan : Pour terminer, quel conseil donneriez-vous aux entreprises qui cherchent à mettre le sens au centre de leur démarche ?

    M.C. : Chez Mazars, c’est surtout en laissant de la place aux initiatives des salariés. La quête de sens anime l’immense majorité des collaborateurs. D’une certaine manière, il suffit de leur donner l’occasion d’insuffler ce sens dans leurs tâches, en leur faisant confiance, en les valorisant plutôt que de chercher à l’imposer de manière descendante.

    CTA pour télécharger l'étude bien être mental Alan

    Partager l'article

    Sur le même sujet

    Cover Interview Masteos

    « L’hypercroissance pose un défi auquel il faut répondre »

    Cover Muriel Bertin

    Quête de sens au travail : comment voit-on ce besoin chez Leroy Merlin ?

    Cover Thomas Pocher

    « C'est la “symétrie des attentions” : si on s’occupe bien de nos salariés, ils s’occuperont bien de nous »

    Partager l'article

    Mis à jour le 10/10/2022

    Sur le même sujet

    Alan est fait pour vous !

    Le moyen le plus simple de prendre soin de vos salariés.