Nos offres

Assurance santé

et prévoyance

Nos solutions santé adaptées à vos besoins.

Pour nos membres
Votre santé avec Alan
Retrouvez tous ces services dans votre poche !
Télécharger l'application
Ressources

Notre sélection d'articles

Retrouvez nos articles les plus consultés.

Qu’est-ce qu’une mutuelle d’entreprise ?
La mutuelle est-elle obligatoire ?
Tous nos articles sur l’assurance santé
À propos d’Alan
Nos livres
De l’assurance Maladie au partenaire bien-êtreLe livre optimiste sur le système de santé du futur
Healthy BusinessCulture d’entreprise, Bien-être & Excellence
Me connecter
Blog
|
Prendre soin de vous

Dissocier le repas et l'endormissement

Dissocier le repas et l'endormissement
Mis à jour le
5 mai 2023
Mis à jour le
5 mai 2023
Partager l'article
Dans cet article

De quoi s'agit-il ?

Après une journée mouvementée, le dîner est un bon moment de partage, et permet de se retrouver en tête à tête avec son tout-petit, le mettre au sein ou lui donner son biberon pour le nourrir avant la nuit. Et souvent, votre bébé, repu, apaisé, sent la fatigue s'installer, et il s'endort instantanément.

La suite est plus difficile : vous devez parfois attendre qu’il s’endorme profondément avant de le détacher du sein ou du biberon et pour parvenir à le coucher dans son lit sans qu’il se réveille.

Pourquoi est-ce important ?

Votre bébé peut prendre cette étape du repas comme un rituel, et ainsi devenir “dépendant” du sein ou du biberon, du lait bien chaud et sucré pour s’endormir.

À son âge, les réveils sont fréquents la nuit, il va vite être capable de se rendormir de façon autonome, mais s'il est endormi avec un biberon ou une tétée, il risque d'en avoir besoin à nouveau au cours de la nuit lors de ces micro-réveils.

Pour un nouveau-né, bien sûr, c’est normal de procéder de cette façon car il a besoin de prendre du poids et aussi d'être sécurisé. 2 à 3 repas nocturnes sont nécessaires jusqu'au poids de 5 kg environ. Mais quand votre bébé grandit, il n'a plus forcément un besoin physiologique de manger. Une fois l'habitude prise en revanche, il lui est difficile de s'en passer et l'accumulation de nuits hachées devient épuisante.

Comment faire pour surmonter cela ?

Il est conseillé d’endormir votre bébé dans l’endroit et la position dans laquelle il va potentiellement se réveiller dans la nuit. Il va donc falloir dissocier les repas de l’endormissement, pour que votre enfant réussisse à s'endormir même hors d'un biberon ou d'une tétée. Par exemple, mettre votre bébé au sein ou lui donner son dernier biberon dans le salon, au milieu de ses frères et sœurs s’il en a, ou pendant votre dîner avec votre partenaire, lumière allumée, dans le bruit, au milieu de la vie de la maison.

Puis dans un 2e temps, l’emmener dans son environnement et le coucher. Normalement, si votre enfant a plus de 2-3 mois, et si vous avez suivi les étapes précédentes du programme, vous avez mis en place un rituel de coucher. Attention, la tétée ou le biberon ne doivent pas faire partie intégrante du rituel . Ainsi, si vous instaurez un rythme repas /rituel / coucher, cela lui permettra de bien dissocier repas et endormissement.

Vous pouvez aussi décider d’y aller progressivement, et de passer par une phase d’endormissement dans vos bras, mais sans le sein ni le biberon. Mais pour certains bébés, sentir sa maman à proximité, sentir l’odeur du lait parfois, rend les choses plus difficiles, et mieux vaut passer directement à la phase d’endormissement dans son lit.

S’il se réveille la nuit, laissez un temps de pause de quelques minutes pour être sûr qu’il ne s’agisse pas juste d’un micro-réveil entre deux cycles, laissez-lui la capacité de se rendormir seul sans avoir besoin du sein ou du biberon, ni de vous. Et s’il pleure, alors bien sûr, faites-le manger en essayant de le poser dans son lit avant qu'il ne s'endorme.

Vous souhaitez être informé des dernières actualités d'Alan ? Laissez-nous votre email 🤗
Vous êtes...
Combien de salariés avez-vous ?
Votre email
Alan est le responsable de traitement des données personnelles que vous nous fournissez afin de vous recontacter. Vous disposez de droits sur ces données personnelles, pour les exercer ou obtenir plus d’informations, n'hésitez pas à consulter notre politique de confidentialité.
Publié le 03/09/2021

Sur le même sujet