Nos offres

Assurance santé

et prévoyance

Nos solutions santé adaptées à vos besoins.

Startup & TPEPour les entreprises de moins de 6 salariés
Petites & moyennes entreprisesPour les entreprises de 6 à 100 salariés
Grands ComptesPlusieurs centaines ou milliers de salariés
Travailleurs non salariés (TNS)Pour les indépendants
Hôtels, Café, RestaurantsPour la branche HCR et restauration rapide
Experts ComptablesPour vous et vos clients
Pour nos membres
Votre santé avec Alan
Découvrez vos garantiespour anticiper vos remboursements
Commandez vos lunettesdepuis la boutique Alan
Echangez avec notre équipe santédepuis la Clinique Alan
Trouvez un médecinavec Alan Map
Notre centre d’aide
Retrouvez tous ces services dans votre poche !
Télécharger l'application
Ressources

Notre sélection d'articles

Retrouvez nos articles les plus consultés.

Qu’est-ce qu’une mutuelle d’entreprise ?
La mutuelle est-elle obligatoire ?
Tous nos articles sur l’assurance santé
À propos d’Alan
Nos livres
De l’assurance Maladie au partenaire bien-êtreLe livre optimiste sur le système de santé du futur
Healthy BusinessCulture d’entreprise, Bien-être & Excellence
Me connecter

Pourquoi on fait une pause sur les contrats individuels

Pourquoi on fait une pause sur les contrats individuels
Mis à jour le
16 février 2024
Mis à jour le
16 février 2024
Partager l'article
Dans cet article

Photo : David Guenther, Unsplash

“Est-ce que ça serait du jamais vu si ça marche ?”

C’est un peu le motto chez Alan, et c’est ce que nous avions en tête quand nous avons lancé notre offre pour les particuliers l’été dernier. Notre idée ? Proposer une solution 100 % digitale pour les retraités et les fonctionnaires — en complément de nos couvertures pour les entreprises et les indépendants.

Les débuts ont été très prometteurs : en quelques semaines seulement, ce sont des milliers de membres qui nous ont rejoint. Mais au moment du premier bilan début 2020, un constat s’est imposé.

L’offre individuelle est difficile à tenir financièrement

Nous avons « péché par optimisme ». La marge brute que nous visions (autour de 20 %) avait été en effet largement dépassée. En d’autres termes, pour 1 € de cotisation, on dépensait 1,5 € de remboursements. Ce qui est loin d’être viable sur le long terme.

Comment en est-on arrivé là ? Pour mieux comprendre, penchons-nous sur trois facteurs-clés : la durée des contrats, le phénomène d’anti-sélection, et le ciblage.

Contrats : le prix de la liberté

On a toujours été pour la transparence et la simplicité, en militant notamment pour la possibilité de résilier son contrat de mutuelle à tout moment après un an d’adhésion. Ce qu’on n’avait pas anticipé, c’est la multiplication des cas où, entre deux emplois, les adhérents souscrivent pendant quelques semaines, puis résilient prématurément.

Plus précisément : la nouvelle réglementation prévoit un engagement de 12 mois avant de pouvoir résilier sa mutuelle. On avait choisi d'aller beaucoup plus loin en permettant des résiliations avant 12 mois dans un grand nombre de cas. Cela a conduit trop de membres à ne rester chez nous que quelques semaines. Notre expérience sur les autres produits confirme que nous n'aurions pas rencontré de problème d'optimisation aussi fort en gardant le cadre plus strict de la couverture d’un an minimum.

« L’anti-sélection » naturelle

D’autre part, le phénomène d’anti-sélection a joué un rôle beaucoup plus décisif que prévu. Non, il ne s'agit pas d'une théorie oubliée de Darwin. Pour reprendre Universalis, c’est un « dysfonctionnement du marché de l’assurance qui résulte de l'information cachée dont les assurés peuvent disposer sur leurs propres risques et qui n'est pas accessible aux assureurs ».

Concrètement, beaucoup de personnes ayant la certitude d’avoir à faire face à de lourdes dépenses nous ont rejoints — une situation qui rend la viabilité de l’offre très dure à tenir. C’est normal d’en demander beaucoup à son assurance, et de l’optimiser au maximum ; on a simplement sous-estimé l’ampleur du phénomène.

Manquer la cible

Enfin, notre offre était prévue en majorité pour les retraités et les fonctionnaires. Dans la réalité, on s’est rendu compte qu’Alan était très populaire comme surcomplémentaire, ou pour les personnes temporairement sans emploi.

La raison d’être de notre offre était donc remise en question : il devenait essentiel de faire une pause pour prendre en compte toutes ces nouvelles informations, et les intégrer dans nos offres.

Le bon produit, au prix juste

Toute la délicatesse du métier d’assureur est de proposer les bonnes garanties au bon prix. S’il y a le moindre déséquilibre, tout le monde est perdant à terme. Notre but est de dégager suffisamment de marge de manœuvre pour continuer à investir dans l’amélioration de notre service et de nos offres.

« En trouvant l'équilibre, vous serez vainqueur » (Anonyme)Photo : Colton Sturgeon, Unsplash

Dans ces conditions, nous avons mis en pause la vente de contrats particuliers depuis quelques semaines. Les travailleurs indépendants (professions libérales, freelance…) peuvent toujours souscrire depuis alan.com.

Pause ne veut pas dire abandon : nous prenons le temps de repenser nos garanties et nos prix, pour couvrir de nouveau les retraités et les fonctionnaires de la meilleure manière possible. Stay tuned. 😊

Vous souhaitez être informé des dernières actualités d'Alan ? Laissez-nous votre email 🤗
Votre email
Alan est le responsable de traitement des données personnelles que vous nous fournissez afin de vous recontacter. Vous disposez de droits sur ces données personnelles, pour les exercer ou obtenir plus d’informations, n'hésitez pas à consulter notre politique de confidentialité.
Publié le 11/08/2020

Sur le même sujet

Calcul des indemnités de prévoyance en cas d'arrêt de travail
Calcul des indemnités de prévoyance en cas d'arrêt de travail
Oct 2, 2023