La recette de PNY pour gérer la santé de ses équipes

La recette de PNY pour gérer la santé de ses équipes

Graffi Rathamohan
Graffi Rathamohan
Co-fondatrice de PNY

Depuis la création du premier PNY en 2015, le succès a été fulgurant. L’enseigne de fast-food gourmet compte aujourd’hui 6 établissements, dont 2 nouveaux restaurants ouverts cette année.

Nous avons rencontré Graffi, co-fondatrice 🍔, qui nous a raconté comment PNY s’est organisé pendant le confinement, la préparation de leur réouverture en toute sécurité, et pourquoi PNY a choisi Alan pour prendre soin de la santé de ses salariés.

PNY pendant le coronavirus
La marque s'adapte à la crise sanitaire.

Comment avez-vous organisé l’activité de vos 6 restaurants durant la période de confinement ?

Comme beaucoup de restaurants, nous sommes restés ouverts le samedi 14 mars jusqu’à minuit.

Nous avons maintenu la livraison de repas jusqu’au début du confinement, avant de fermer complètement les 6 restaurants afin de ne faire prendre de risque ni à nos clients, ni à nos employés.

Ensuite, notre priorité a été d’organiser une réouverture partielle des cuisines, en proposant les service de livraison et de click-and-collect (vente à emporter). Une fois que nous avons eu les moyens de respecter toutes les règles de sécurité nécessaires (notamment un nombre suffisant de masques), nous avons pu rouvrir ces services à la fin du mois d’avril.

Comment avez-vous communiqué la réouverture à vos clients ? Quelle a été leur réaction ?

Nous avons beaucoup communiqué sur les réseaux sociaux, sur notre site internet avec une page dédiée, sur notre compte Instagram et via notre newsletter.

Nos clients nous attendaient (et surtout étaient impatients de retrouver nos burgers 😋) ! Ils ont été compréhensifs et respectueux des gestes barrières.

Et avec votre staff ? Comment avez-vous organisé et communiqué la réouverture partielle ?

Notre équipe a été flexible et compréhensive.

Fin avril, alors que le confinement total continuait, on a pris le temps d’appeler les salariés un par un pour leur présenter les nouvelles consignes de sécurité et pour les rassurer. Le déclic s’est fait naturellement à partir du 11 mai, avec la 1ère étape du déconfinement. La machine est repartie, et tout le monde a repris le boulot avec confiance.

Les valeurs de l'entreprise PNY pendant le coronavirus.
Chez PNY, on applique avec sérieux les gestes barrières.

Le confinement a-t-il changé les habitudes de PNY ?

Les clients se sont habitués à la livraison, qui va donc prendre une place encore plus importante dans notre fonctionnement. Sinon, notre philosophie reste la même : cuisiner les meilleurs produits pour faire de délicieux burgers. Et ça ne changera pas !

PNY a choisi Alan pour prendre soin de la santé de ses employés. Quels étaient tes principaux enjeux quand tu as choisi Alan ?

Dans mon métier, je vadrouille constamment de resto en resto, et je ne peux pas me permettre de passer beaucoup de temps sur la complémentaire santé.

Deux choses me gênaient avec ma mutuelle précédente : l’hyper-opacité et la complexité administrative.

Je ne comprenais rien aux tableaux de remboursement, tout était sur papier, notamment pour l’inscription des salariés : un formulaire à imprimer, RIB, un courrier à envoyer… En plus, les courriers se perdaient et finalement personne ne recevait sa carte de mutuelle.

Est-ce que tu avais d‘autres critères pour faire ton choix ?

J’avais deux critères : la transparence et le prix.

PNY est une entreprise très transparente : l’équipe a accès à tous les chiffres, toutes les informations. Pour cette raison, nous souhaitons que tous nos partenaires soient dans la même démarche de transparence.

J’avais également une contrainte de prix. Donc quand Alan a créé une offre HCR avec un rapport qualité prix avantageux, j’ai sauté sur l’occasion.

Donc quand Alan a créé une offre HCR avec un rapport qualité prix avantageux, j’ai sauté sur l’occasion.

Graffi Rathamohan, Cofondatrice de PNY

Qu’est-ce qui a changé dans ton quotidien avec Alan ?

Avant, les employés nous couraient après pour leur mutuelle, ça pouvait créer une certaine frustration. Maintenant, nous avons renversé la tendance : le salarié est aux commandes. Toutes les démarches qui étaient pénibles auparavant se font en un clic.

Depuis juillet, nous avons ouvert 2 restaurants : ça nous a pris 3 minutes pour les inscrire chez Alan. Avant, c’était tout un mic mac pour avoir accès aux identifiants, je passais sur l’extranet et je me faisais balader de guichet en guichet, comme dans les 12 travaux d’Astérix. Et puis l’intégration avec PayFit est très pratique.

Enfin, pour aider nos employés à reprendre le travail en toute sécurité à la fin du confinement, nous avons pu commander les masques réutilisables proposés gratuitement par Alan. C’est le genre d’attention qui fait la différence.

Depuis juillet, nous avons ouvert 2 restaurants : ça nous a pris 3 minutes pour les inscrire chez Alan. Avant, c’était tout un mic mac pour avoir accès aux identifiants, je passais sur l’extranet et je me faisais balader de guichet en guichet

Graffi Rathamohan, cofondatrice de PNY

Comment tu présenterais Alan à un autre restaurateur ?

C’est mille fois mieux, zéro papier et totale transparence, je ne comprends pas qu’on puisse hésiter.

Quelles sont les prochaines étapes pour PNY ?

On a hâte d’accueillir de nouveau nos clients dans nos restaurants. On a voulu créer une ambiance chaleureuse, et on veut que tout le monde puisse en profiter au plus vite. En fonction des modalités de réouverture, on s’adaptera et on prendra toutes les précautions et les mesures d’hygiène qui s’imposent. Entretemps, bien sûr, il reste la livraison et le click-and-collect.

Partager le témoignage

Alan est fait pour vous !

Le moyen le plus simple de prendre soin de vos salariés tout en respectant vos obligations